Grève nationale chez Hollister : à la rencontre des salariés de Hollister Strasbourg

Publié le 03/07/2017 par Rédaction

A l’appel de la section CGT67-Commerce et Services, des militants France Insoumise/PG se sont rendus ce samedi 1er juillet au magasin Hollister du centre commercial Rivétoile Strasbourg où les salariés suivaient le mouvement de grève nationale de cette entreprise appartenant à la multinationale américaine Abercrombie & Fitch.

 

Qui sont les employés en grève ?


Hollister n’emploie (hors cadres) que des étudiants en CDI ou CDD temps partiel en fonction des besoins, et pour gérer des tâches très variées :

  • gestion de l’accueil des clients
  • gestion des ventes, des stocks, des livraisons et du réassort
  • présentation des produits en rayon, représentation des produits spécifiques et du stylisme associé
  • nettoyage des magasins
  • gestion des caisses et la limitation des files d’attente pour le bien être des clients

Les étudiants salariés de Hollister Strasbourg en grève

Hollister : des conditions de travail alarmantes

 

Les étudiants salariés d’Hollister Strasbourg dressent un constat alarmant de leurs conditions de travail :

  • Des contrats limités à 25 heures par semaine
  • 5 heures de travail maximum par jour, sans pause
  • Un nombre d’heures fixé de telle sorte que l’entreprise n’est pas contrainte à distribuer des tickets restaurant
  • La nécessité de demander l’autorisation pour pouvoir aller aux toilettes
  • Pas d’augmentation de salaire annuelle, même pour les salariés cumulant deux ou trois ans d’ancienneté
  • Pas de participation aux résultats de l’entreprise
  • Pas de prime liée aux ventes, alors que leur manager touche une prime de résultat d’équipe et une augmentation individuelle annuelle
  • Un « treizième mois » qui se résume à 29% du salaire mensuel brut de l’employé, contrairement à celui des cadres
  • Des plannings de travail non fixes d’une semaine à l’autre, ce qui rend la possibilité de suivre un cursus universitaire normal très compliquée ou l’impossibilité de trouver un deuxième travail leur permettant de vivre (pour les contrats de 10h par semaine)

 

Ainsi, de nombreux étudiants font face à un retard voire un échec dans leurs études ou sont obligés de choisir entre continuer leurs études supérieures et vivre.

 

Mais le constat ne s’arrête pas là… L’entreprise Hollister comme toutes les multinationales pratique la gestion par le profit et réduit sa masse salariale depuis 3 ans. Le résultat ? Compliquer l’organisation du personnel présent dans les magasins lorsqu’ils sont ouverts. 
Pour pallier ce problème, la direction a décidé unilatéralement d’augmenter de 3 à 6 semaines le délai pour déposer une demande de congés.

 

Lors de la négociation obligatoire annuelle (NOA), les salariés ont tenté de trouver un accord avec l’entreprise pour améliorer leurs conditions de travail et augmenter leurs salaires : sans succès.

Face au refus de la direction d’entamer des négociations, une grève nationale a été décidée.

 

Salariés de Hollister : quelles revendications ?

Avec cette grève, les étudiants salariés présentent des revendications légitimes :

  • Une augmentation de 2% de leur salaire, rappelons que seuls les cadres bénéficient d’une augmentation individuelle annuelle
  • Un treizième mois à 100%, sans condition d’ancienneté ou de statut
    Une prime sur objectif pour les employés, prime qui n’est actuellement attribuée qu’aux cadres
  • Le maintien des procédures de prises de congés (délai de 3 semaines) ainsi que des repos compensateurs et additionnels
  • La mise en place de la participation aux résultats de l’entreprise

 

Grève chez Hollister : l’avis de la France Insoumise

 

Le constat de la CGT et de la France Insoumise est le même : Hollister pratique une politique de l’emploi lui permettant d’avoir de la main d’œuvre à bas coût et corvéable à merci.
La multinationale abuse de l’utilisation des emplois précaires et n’a aucune considération pour ses salariés étudiants dont beaucoup peine à concilier études, coût de la vie et travail.


Hollister ne respecte pas le cadre des contrats de travail étudiant en appliquant des horaires variables d’une semaine à l’autre.  La direction d’Hollister campe sur ses positions et refuse toute négociation.

 

Pourtant sans ces jeunes salariés, les 14 magasins d’Hollister France auraient du mal à fonctionner puisqu’ils en sont les piliers, portent l’image de la marque chère à Hollister, une entreprise qui oriente son marketing pour toucher les jeunes adultes et adolescents.

 

Nous nous retrouvons une fois de plus dans le schéma type de l’organisation du travail version néocapitalisme, le profit et la satisfaction des actionnaires au détriment des salariés !

Ce 1er juillet,  nous avons rencontré des jeunes déterminés, travailleurs, mais non disposés à continuer à vivre sans dignité et dans la précarité imposée. Ces jeunes étudiants représentent l’avenir de notre pays et pourtant ils ont déjà le sentiment d’être sacrifiés sur l’hôtel de la finance et du capitalisme.

Il est temps que nous réagissions et soyons unis face au coup d’état social que nous subissons.

Ecrire un commentaire

Événements à venir

Inscrivez vous à nos prochains événements sur Facebook

Nos derniers tweets