Fermeture de Fessenheim le roman sans fin

Publié le 02/06/2017 par Rédaction

Avec la nomination de d’Edouard Philippe en tant que premier ministre du gouvernement de M. Macron, il est plus que certain que la fermeture de la centrale de Fessenheim sera l’une des nombreuses tromperies du quinquennat Hollande, et probablement l’arnaque de celui de Macron.
La prolongation a trop duré, elle pourrait s’avérer funeste. Avec un premier ministre ancien lobbyiste de Areva et un gouvernement très largement engagé dans la continuité de la décennie Hollande-Sarkozy, le pire est à craindre. La plus vieille centrale du parc nucléaire, située en contrebas du grand canal d’Alsace risque de demeurer un danger permanent pour les millions de personnes qui habitent dans la zone rhénane, la faute à un gouvernement davantage intéressé par l’intérêt particulier que par l’intérêt général. Le chantage à l’emploi se poursuivra : le gouvernement libéral Macron-Philippe aura beau jeu de se porter en défenseur des emplois, alors qu’il détricotera le code du travail.

 

Sur le dossier Fessenheim

La mauvaise volonté constitue la ligne politique des gouvernements qui se succèdent depuis plusieurs années. Cette mauvaise volonté a atteint des sommets sous le gouvernement de François Hollande, qui c’était engagé à fermer la centrale, pour finalement la repousser aux calendes grecques, à savoir à la mise en service de l’EPR de Flamanville. Lier la fermeture de Fessenheim à l’ouverture de l’EPR de Flamanville, projet couteux et sans cesse reporté, est un non-sens. Et ce d’autant plus que EDF et Areva ont été pris en défaut dans la fabrication des cuves de cet EPR.

 

Christine Kaidi manifestation pour la fermeture de Fessenheim
Christine Kaïdi, candidate de la 2ème circonscription du Bas-Rhin lors de la manifestation pour la fermeture de Fessenheim
 

Cette solution ne nous convient pas. Avec Jean-Luc Mélenchon et notre programme l’Avenir en Commun, nous sommes pour la fermeture IMMEDIATE de Fessenheim. Il faut en faire un projet pilote de démantèlement des centrales, avec la conservation de tous les emplois.

 

L’Avenir en Commun : 100% énergies renouvelables

A l’Assemblée Nationale, les député.es insoumis.es s’engageront clairement pour la fermeture de la centrale, ainsi que pour un plan de relance écologique de 100 milliards d’euros afin de permettre une transition énergétique vers le 100% renouvelable ainsi que l’isolement énergétique des bâtiments. Nous pouvons faire tout cela, mais il faut de la volonté politique.
A voir la vidéo d’une habitante de Fukushima lue par une militante anti-nucléaire lors de la marche du grand est à Strasbourg le 11 mars 2017. Elle témoigne, 6 ans après la catastrophe nucléaire de Fukushima, des conséquences liées à l’irradiation toujours bien présentes pour la nature et les habitants et de la volonté du gouvernement japonais de minimiser les choses et d’encourager la reprise de l’activité nucléaire vaille que vaille.

 

Retrouvez le dossier thématique 100% énergies renouvelable en cliquant ici

Ecrire un commentaire

Événements à venir

Inscrivez vous à nos prochains événements sur Facebook

Nos derniers tweets